Facebook

Raid Le Puy-Firminy, Marathon du Beaujolais et Foulées Vénissianes.

Pour débuter ce week-end, c’est direction le Beaujolais que nous allons, emmenés par Pep’s:

« Pour cette course du Beaujolais, lancé des hostilités a 9h avec prés
de 2000 concurrents , avec toujours une très bonne ambiance avec vin a
gogo , ravitos très fréquents  tous les 3 kms a peu près + les ravitos
sauvages, passage dans les château et les vignes avec quelques chemins
gras, il fallait mieux être devant pour éviter le patinage mais c est de
la route quand même en très grande majorité.

Lors des passages dans les villages,  châteaux et cuvages, toujours du
monde pour nous encourager avec musique,  boite de nuits avec jeux de
lumière… le beaujolais est festif, par contre pas de déguisement pour
moi, pas très pratique de courir convenablement avec un déguisement, la
majorité de ceux qui était devant n’en avait pas  beaucoup ou du light,
le spectacle était plus sur l arrière des courses.

A noter que  les ravitos étaient bien achalandes du moins  pour l avant
de la course avec des produits très varies et non formates, en plus des
dégustations de vins…

  Ce marathon est plutôt vallonne , le beaujolais n est pas plat… mais
a partir du 30 ème les choses sérieuses commencent avec la fatigue qui
arrivent les cotes aussi… jusqu a 5 kms de l’arrivée ou la c’est du
faux plat descendant voire de la descente jusqu a Villefranche avec le
passage devant les stands de dégustations a 2 kms de l arrivée, passage
tout droit pour  tous les coureurs présents,on laisse la place a l
arrière garde… puis c est le passage pour la rue nationale et derniers
virages pour franchir l arrivee avec toujours du public en nombres, et
des bénévoles au top, une fois la ligne franchie on nous enroule dans
des couvertures de survie pour éviter tout malaise,  très appréciable d’arriver  qu’entre marathonien avant le semi et le 13km.un bon petit
ravito pour faire la coupure, une bonne pause et je me sens assez motive
pour repartir accompagner Marie Hélène sur son 13km….

et c’est reparti avec plus de 7000 runners de 14h a s’élancer pour la
boucle de 13km(qui se révélera être  de près de 14km…) nous retrouvons
les autres pommes (Michel, Alexandra, Florence et Myriam) qui eux sont
déguisés en anges et coccinelles… quant a moi j ai réussi a passer l
entrée des sas avec mon dossard marathon, ouf.

L ambiance était toujours bonne et la méteo clémente, la majeure partie
des coureurs étaient déguisés , avec des supers idées de costumes du
plus loufoque ou plus sage…14h la course est lancée avec 5 ou  6 kms
de montée, je reste  au contact tout le long de la course avec Marie
Hélène, on profite des paysages et des déguisements extravagants, 
beaucoup sont la pour faire la fête(la course est toujours une fête…)
au ravito en haut de la montée nous arrivons vers une énorme masse de
runners qui tentent de s approcher du buffet, il faut jouer des coudes,
puis après une rapide collation nous entrons  dans la boite de nuit de
Denice, ambiance garantie  avec dégustation de beaujolais, musique jeux
de lumière, certains s attardent, nous non, on ne veut pas être hors
délais… maintenant le plus dur des montées est derrière nous et le
peloton est étiré au maximum, nous sommes moins serres, toujours
alternance de rando et course , nous y allons tranquillement mais
surement jusqu’au second ravito avec toujours une foule compacte, nous
passons rapidement puis c’est l’arrivée en ville avec du public qui nous
encourage et scande nos prénoms qui nous remotive, un dernier ravito
dans un lycée de Gleizé et c’est presque la fin, nous arrivons  dans la
rue de la soif… avec les stands  avec beaucoup de monde  a la
dégustation, j ai enfin compris a quoi servaient ces stands aperçus sur
le marathon, nous traçons tout droit n’étant pas amateur de breuvage
locale, du coup beaucoup de monde a l’arrêt , nous remontons d’un coup
au classement,  nous arrivons tranquillement jusqu’à la ligne ou nous
attendent florence et Myriam arrivées largement avant nous, l’expérience  est a faire  , plus festif encore que la marathon  ce 13km,
a conseiller même si le prix n’est donné pour cette course .on est très
content d avoir pu finir la course ensemble avec ma coccinelle…. »
Au classement:
 
Marathon:
175- PHILIPPE Pierre-Eric 28M2H 03:35:30
 
Semi-Marathon
335- SICARD Isabelle 2M2F 01:43:52
2091- FERLAY Annie 60M2F 02:17:58
 
Course 13K:
1034-POUILLOUX Myriam 32M2F 01:26:01
1035- SOLILY Florence 13M4F 01:26:21
3864- PHILIPPE Marie-Hélène 79M4F 02:06:03
4137- NEVADO Michel 263M3H
4139- MOUNIER Alexandra 294M1F 02:09:29
 
Pour continuer le week-end, il fallait se munir d’une frontale pour suivre Emma et Benjamin direction la Haute Loire pour le 52ème Raid Le Puy-Firminy
Emma nous commente sa course:
« 
Une aventure incroyable!
 
 
On (Ben et Emma) s’est inscrits pour vivre l’aventure et toucher nos limites. On ne savait pas où on allait. On s’était mis un repère à 8h30 + 30min avec les ravitos.
 
 
Le départ a été rapide mais nos marches systématiques en montée nous ont permis de pouvoir relancer successivement jusqu’à la fin : stratégie payante.
 
 
On est donc partis un peu vite jusqu’au 25km, puis j’ai poussé Ben jusqu’au km 40 et il m’a tirée sur les 25 derniers km. Quand il a su que j’étais 2ème féminine, il n’a rien voulu lâcher pour que je garde ma place. Il est même parti direct avec son gobelet de café à la main, en sprint à la sortie du ravito. 
 
La course a été un rêve éveillé : la bruine au départ, le ciel étoilé au milieu et la brume au lever du jour. La forêt, les petits villages aux chiens qui aboient, les petites routes goudronnées qu’on a couru sans frontale pour nous plonger dans l’obscurité.
 
 
La surprise a été humaine : on a couru au même rythme tous les deux toute la course alors qu’on avait prévu de partir chacun à notre rythme, on a croisé plein de coureurs en panne de frontale qui couraient avec nous. On a couru dans un groupe de 5 coureurs et on se dépassaient mutuellement pendant des km, jusqu’à ce monsieur qui courait en montée et qu’on rattrapait sur le plat et en descente mais qui a su relancer pour arriver une place avant nous. Les points de contrôle avec des bénévoles d’une extrême gentillesse, les gens au bord de la route pour nous encourager en pleine nuit.
 
Tout a été touchant du début à la fin : une expérience unique.
 
 
Arrivée à 7h51 pour tous les deux!! »
 
 
Pour les Foulées Vénissianes, suivons Yohan GIRAUD dans son compte rendu de course:
« 
10km —> en 36min52 à la montre 😅
—> 37min22 au temps officiel ⏱
—> 3’42min/km
À 2 bonnes minutes de l’objectif que je mettais fixé mais le départ n’a pas aidé ! 😅 Bcp de monde, des chutes devant moi, et surtout 2 premiers kilomètres trop lent par rapport à ce que je mettais fixé… faute à énormément de monde !🤯🤯 (ce qui rajoute 200m à doubler …)
Mentalement quand on prend 1min de retard dès les premiers kil ça fait mal mais bon 🤷🏽‍♂️
Belle matinée avec les deux femmes de ma
vie 😘
Un peu de vitesse (ça ne fait jamais de mal et ça peut servir😋) avant le réel objectif de cette année, dans 2 semaines 🫡🏔
On continu vers l’objectif SaintéLyon ✨🌚« 
Au classement:
443- GIRAUD Yohan 00:37:33
1132- GIRAUD Marlène 00:52:59